• En français,  Fantasy

    N’oublie jamais – Jay Kristoff

    « Le chant funèbre de la foule railleuse. Le bruit inimitable d’une corde qui se tend. Les borborygmes des pendus, coupés par les applaudissements du saint brigand et du beau consul ; un monde devenu fou, malade. Et comme pour accompagner cette horrible ritournelle, des jambes qui ruent, un visage qui bleuit. Son père s’était mis à danser. »