• En français,  Science-fiction

    Un monde après l’autre – Jody Taylor

    « Chaque service se considère, à tort ou à raison, comme le plus important de St Mary. Je ne comprends pas pourquoi, puisqu’il est évident que c’est le département d’Histoire qui fait tout le boulot, mais les techniciens et la sécurité, et parfois le R&D, n’arrivent pas à l’admettre et il suffit que quelqu’un dise quelque chose de malencontreux, parfois accidentellement, mais la plupart du temps volontairement, pour déclencher le chaos. »

  • En français,  Science-fiction

    So phare away – Alain Damasio

    « Il faut beaucoup de silence pour entendre une note. Il faut beaucoup de nuit pour qu’un éclair puisse jaillir, pour d’une couleur neuve soit perçue, soit reçue. Si j’en avais le pourvoir j’émettrais aujourd’hui un trou noir. Quelque chose comme un conne d’extinction forant au ventre l’épaisseur du jour. Pour rouvrir l’espace. Ce qui me terrifie, ce n’est pas ce chaos de clartés qui brouille la ville comme une avalanche de soleils. C’est qu’il n’y ait plus nulle part une seule ombre. »

  • En français,  Science-fiction

    Caelum Incognito – Boulet & Aseyn

    « La science ne se fait pas dans le vide. Il faut de la patience, mais aussi de l’imagination. Ce sont nos rêves qui sont le moteur. La science n’est qu’un outil à leur service. Si tu demandais à Armstrong pourquoi il voulait aller sur la Lune ou à Wong-Ji pourquoi elle voulait être la première à poser le pied sur Mars, je pense qu’ils te parleraient de BD, de films … de rêves. »

  • En français,  Fantasy,  Science-fiction

    Tous les oiseaux du ciel – Charlie Jane Anders

    « Et oui, une telle merveille d’ingénierie pouvait être à la fois belle et gratifiante. Brillante et robuste. Elle ressentait la même affection pour cet engin que pour les vieilles machines à écrire que vendait la galerie hipster sur Valencia ou pour un joli moteur à vapeur. Ces choses naissaient d’un excès d’orgueil, parce qu’elles finissaient toujours par cesser de fonctionner, ou pire, par tout casser. Mais peut-être que Laurence avait raison et que ces appareils rendaient les êtres humains uniques. Nous fabriquions des machines, de la même façon que les araignées produisent de la soie. »

  • En français,  Fantasy

    N’oublie jamais – Jay Kristoff

    « Le chant funèbre de la foule railleuse. Le bruit inimitable d’une corde qui se tend. Les borborygmes des pendus, coupés par les applaudissements du saint brigand et du beau consul ; un monde devenu fou, malade. Et comme pour accompagner cette horrible ritournelle, des jambes qui ruent, un visage qui bleuit. Son père s’était mis à danser. »