En français,  Fantasy

Les Maîtres Enlumineurs – Robert Jackson Bennett

« Toute innovation – technologique, sociologique ou autre – naît sous la forme d’une croisade, puis s’organise à l’instar d’une entreprise pratique et enfin, avec le temps, se dégrade pour virer à l’exploitation ordinaire. Tel est, simplement, le cycle vital de l’ingéniosité humaine telle qu’elle se manifeste dans le monde matériel. Ce que l’on oublie, cependant, c’est que ceux qui participent de ce système subissent une transformation similaire : autrui, initialement, est vu tel un égal, un camarade et un citoyen, puis il devient une ressource, un bien et enfin, à mesure que son utilité change ou se dégrade, un fardeau qui doit être géré de manière adéquate. »

Editeur : Albin Michel

Les Maîtres Enlumineurs est le premier tome de la trilogie des Maîtres Enlumineurs.

Synopsis

Toute l’économie de l’opulente cité de Tevanne repose sur une puissante magie : l’enluminure. A l’aide de sceaux complexes, les maîtres enlumineurs donnent aux objets des pouvoirs insoupçonnés et contournent les lois de la physique.

Sancia Grado est une jeune voleuse qui a le don de revivre le passé des objets et d’écouter chuchoter leurs enluminures. Engagée par une des grandes familles de la cité pour dérober une étrange clé dans un entrepôt sous très haute surveillance, elle ignore que cet artefact a le pouvoir de changer l’enluminure à jamais. Quiconque entrerait en sa possession pourrait mettre Tevanne à genoux. Poursuivie par un adversaire implacable, Sancia n’aura d’autre choix que de se trouver des alliés.

Pourquoi lire Les Maîtres Enlumineurs ?

• Pour son univers captivant : un système de magie original et basé sur la compréhension du monde (très scientifique en un sens), les conflits entre les quatre maisons marchandes de la ville, les inégalités sociales entre les personnages.

• Pour ses réflexions sur la société industrielle et sur la concurrence parfois destructrice entre les acteurs du marché, ainsi que les conséquences sur les individus qui vivent dans cette société.

Mon avis

Après avoir vu passer nombre de retours élogieux à propos des Maîtres Enlumineurs sur la blogosphère, ma curiosité était au plus haut pour ce premier roman de la trilogie. Et puis avec son résumé qui promet un système de magie original, un artefact surpuissant et une poursuite, il avait tout pour me plaire. Comme attendu, ça a été le cas : c’est un mélange de très bonnes idées, l’univers est crédible et fonctionne parfaitement, mais il y a aussi une critique intéressante du système de l’industrie qui exploite ses travailleurs jusqu’à les transformer.

Autant commencer par le plus notable : le système de magie du roman est différent de tout ce que j’avais pu voir jusqu’à présent. Il est à la fois impressionnant d’imaginer tout ce que l’on peut créer avec l’enluminure, et en même temps, les principes qu’elle suit sont très semblables à ceux de la science (en version détourné) et c’est ce qui lui impose des limitations claires. Il n’est pas possible de tout réaliser en enluminant des objets, il faut chercher à contourner les problèmes auxquels est confrontée cette discipline, comme les nombreux accidents qui peuvent survenir pendant les recherches – oui, jouer avec les lois de la nature c’est dangereux – pour arriver à en tirer une utilisation intéressante. Au final, les progrès de l’enluminure ressemblent à s’y méprendre à des casse-têtes ou des énigmes qu’il faudrait résoudre, et j’ai adoré cette partie de l’histoire !

D’autant plus que Sancia, notre protagoniste, est dotée d’un pouvoir qui lui permet d’interagir avec les objets emprunts de cette magie/science, donc la compréhension des enluminures devient un enjeu stratégique dans l’intrigue. L’enluminure dispose aussi d’une origine plus mystérieuse et légendaire, que je vous laisserais découvrir et dont j’ai hâte d’en apprendre plus dans les prochains tomes.

En termes d’histoire et de progression, tout se tient parfaitement bien. Chaque point trouve son explication logique au fur et à mesure : il y a une très bonne impression de cohérence de l’ensemble. En revanche, lors des deux premiers tiers de l’histoire je dois avouer que j’aurais aimé avoir plus de surprises. L’intrigue suit son chemin tranquillement, sans véritablement chercher à cacher ce qu’il va arriver. On sait que les personnages vont faire ceci, puis cela, etc. Et le fait de constamment connaître leur plan m’a un peu ennuyé. Heureusement que l’univers était là pour me tenir captivée. Mais dans le dernier tiers tout s’accélère et on assiste à une succession de rebondissement auxquels je ne m’attendais pas ! J’ai trouvé que le suspens était bien mieux géré, et avec toutes les promesses de la fin pour les prochains tomes, je n’ai qu’une hâte : c’est de découvrir la suite.

Du côté des personnages, je me suis attachée à Sancia, dont le passé l’a marquée durement et transformée jusque dans ses os. Sa dynamique avec Clef était vraiment plaisante à lire, d’ailleurs il me semble que de nombreux lecteurs ont apprécié ce personnage. Pour le reste des personnages, je dirais qu’ils ont une base intéressante, mais manque encore de nuance pour que je m’attache à eux. Ils sont encore trop proches de certaines figures caractéristiques comme le savant fou ou le valeureux soldat, et certaines de leurs réflexions – en particulier celles des méchants de l’histoire – mériteraient d’aller un peu plus loin pour les rendre plus consistants. Et la romance sort de nulle-part ! Je ne l’avais vraiment pas vu venir pour le coup … quelques indications, ou plus appuyées si je les aie manquées, auraient préparé davantage le terrain.

La surprise a été de découvrir qu’au-delà d’une fantasy avec un univers original, ce livre défend aussi des idées très intéressantes. On a toute une réflexion sur l’effet d’une société industrielle et compétitive sur le monde, comme sur les individus qui vivent à l’intérieur. J’ai trouvé toutes ces problématiques très actuelles : c’est vrai, combien de personnes se focalisent uniquement sur leur productivité, sur le temps qu’ils perdent alors qu’ils pourraient s’améliorer, « être la meilleure version de soi-même » comme disent certains ? C’est une vision qui est finalement plutôt réductrice quand on y pense : l’être humain devient un objet à optimiser, plutôt qu’un individu dans un environnement particulier et qui se concentre sur ce qui l’intéresse. Enfin ce n’est que ma vision des chose, et j’extrapole un peu, le parallèle s’est fait entre les deux dans ma tête même si l’auteur n’en fait pas directement mention. Mais de là à se considérer comme un objet à la solde du système, il n’y a sans doute qu’un pas.

En bref, Les Maîtres Enlumineurs a été une très bonne lecture, en particulier grâce à son système de magie et au contexte sociale et politique de l’histoire. L’intrigue mets du temps à se mettre en route et à devenir vraiment captivante, mais le dernier tiers vaut le détour et la fin promet de belles révélations dans la suite !

5 commentaires

  • tampopo24

    J’ai aussi trouvé l’univers et ses thèmes fascinants. Mais même si j’ai adoré, les personnages manquaient un peu de force pour moi. Hâte de lire la suite cet automne !

    • Ecla'Temps

      Je comprends, j’ai aussi trouvé qu’il leur manquait quelque chose en général 🙂
      Je ne savais pas que la suite sortait cet automne, c’est super ! Comme ça on aura pas à attendre trop longtemps ^^

    • Ecla'Temps

      Je suis contente dans ce cas ^^ En effet, je n’ai pas vu un seul retour véritablement négatif, il faut dire que l’univers est un gros point fort avec sa magie !

  • Nephtys

    Je ne connaissais pas l’auteur ni la saga, mais j’avoue que le synopsis m’intrigue, et vu ton avis positif dessus il va même rejoindre ma wish-list pour le garder dans un coin de ma tête ;D
    J’espère que tu aimeras autant la suite !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :